MANIFESTATION DU 21 NOVEMBRE 2014 AU TOGO
Improvisation et démarche de dialogue.
« Pourquoi Fabre cherche ou veut rencontrer Faure au lendemain de la marche de 21 novembre 2014 ?» Tout  vrai démocrate peut se  poser la question : «  Dans ce cas à quoi a servi cette marche ? »
Nous devons reconnaitre que Fabre et Faure sont des rivaux Tous deux appartiennent à deux camps qui se complètent et s’harmonisent  en vue de la gestion du pouvoir néocolonial, au lieu de se détester.
Fabre à travers ses initiatives de dialogue et de négociations pense qu’il peut évincer Faure et devenir le chouchou de la France. Il n’y a rien de bon à espérer d'une telle rencontre !
La politique du dialogue a échoué lamentablement au Togo. Pensons à faire autre chose !
Pensons à tirer leçons de ce qui se fait ailleurs !
Normalement si la journée de ce 21 novembre 2014 comme annoncée devrait être une vraie journée de marche comme au Burkina, POINT DE NÉGOCIATION  avec la dictature. Le peuple n’entend rien d’autres que la fin de la dictature et son départ. Malheureusement qu’observe-t-on ?
L’improvisation et une démarche de dialogue.
La manifestation  de ce 21 novembre 2014 n’a pas de mot d’ordre conséquent  comme demander la fin et le départ de Faure ! C’est juste une démonstration de force pour demander à Faure et  à sa clique de procéder aux réformes institutionnelles et constitutionnelles en vue des élections.
La grande manifestation de ce 21 novembre vise ensuite à démontrer que c’est bien Fabre  qui est «l’opposant historique » et par voie de conséquence faire de lui le seul interlocuteur valable dans la perspective des élections frauduleuses de 2015.
On comprend aisément l’empressement avec lequel il veut aller discuter avec Faure, tout juste au lendemain de la manifestation du 21novembre.
Cette opposition complaisante, ces podosants disions-nous, n’ont cure de la marche de l’histoire. Ils font du cinéma.
Il revient au peuple togolais de se démarquer  totalement de cette direction éclectique du mouvement démocratique, de s’organiser  sur des bases saines et démocratiques en son sein et à travers ses propres initiatives et de donner un  véritable coup de grâces  au régime cinquantenaire françafricain aux pieds d’argile !
Le pire est devant nous: Gnassingbé-fils fera les réformes et  les imposer par la force et l'intimidation. Nous la non-rétroactivité de la dite réforme (si elles intervenaient). Dans ce cas, Faure s'octroierait 10 ans supplémentaires et avant ses 10ans, une contre-réforme de la réforme. Ainsi va le Togo, nous devons réagir!
Mouta Wakilou Maurice GLIGLI-AMORIN

Bruxelles (Belgique)