Présidentielle de 2010

Le processus électoral gravement saboté par la société ZETES et ses complices

lundi 18 janvier 2010 par LIBERTE 

Les kits électoraux mis à la disposition de la CENI pour servir à la révision électorale ne sont pas adaptés. Dans un rapport remis au ministre d’Etat Pascal Bodjona en charge de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales, la CENI a émis de « sérieux doutes sur la compétence de la société ZETES et sa capacité à accompagner convenablement la CENI tout au long de ses travaux ».

Le rapport met en cause ZETES, fournisseur et prestataire principal, sur toute la ligne en ce qui concerne la révision des listes électorales, de la formation des opérateurs de saisie jusqu’à l’état des 1275 kits électoraux dont plus de la moitié étaient défectueux et n’ont jamais pu être réparés.

« La formation des formateurs des OPS [opérateurs de saisie, ndlr], activité capitale pour la réussite de la révision électorale, s’est déroulée les 16 et 17 novembre 2009 ; la CENI constate que cette formation s’est faite avec légèreté de sorte qu’elle devait être complétée », dit le rapport. Plus loin, le rapport souligne que « certains formateurs choisis par ZETES pour donner la formation aux formateurs des OPS, ont un niveau plus bas que celui des apprenants qui avaient exercé déjà la fonction en 2007 ».

« Les travaux de reconditionnement ont révélé l’absence, sur les kits, de plusieurs composants ou matériels nécessaires au bon fonctionnement de plus de la moitié des kits ; les caractéristiques électriques des kits n’étaient pas aux normes, les diodes intervenant dans l’alimentation des kits fondent après un certain temps de fonctionnement ; les imprimantes connaissent également quelques difficultés », indique le rapport.

Lors d’une réunion avec la CENI le 19 novembre, ZETES a fait comprendre que « conformément à la demande du gouvernement, le logiciel installé sur les kits est destiné au recensement, comme en 2007, et non à la révision des listes électorales ; en effet les fonctionnalités et les spécifications exigées par la CENI, dans le cadre d’une révision électorale, ne sont pas prises en compte par le logiciel » (Lire le rapport ci-dessous).

Ayant accusé réception de ce rapport, le ministre Bodjona a écrit au président ceci : « après avoir échangé sur le sujet avec les représentants de ZETES je crois percevoir qu’il y a des incompréhensions qui nécessitent d’être clarifiées ». Une réunion tripartite CENI-ZETES-Gouvernement a été prévue le 4 décembre dernier pour aplanir les différends.

Mais au démarrage des opérations de révision des listes le 14 décembre, tout le monde se rend compte que ces kits ne sont pas opérationnels. Ils ont été des soucis pour les opérateurs de saisie ainsi que pour les potentiels électeurs. Conséquence, ces opérations ont été bâclées sur toute l’étendue du territoire.

Nonobstant ces anomalies criardes, le président de la CENI Tabiou Taffa ne s’est pas empêché de saisir le gouvernement fin décembre dernier afin qu’il convoque un corps électoral qui est en construction. L’ancien proviseur du Lycée de Tsévié qui a signé ce rapport et qui est au fait du mauvais état des kits, semble satisfait du chaos électoral en préparation.

De même, le gouvernement notamment le ministre de l’Administration qui a, à travers un contrat de gré à gré, commandé les kits avant la mise en place de la CENI, n’a apparemment rien fait pour rectifier le tir. On a l’impression que tout ce qui est arrivé a été manigancé par ZETES et ceux qui ont acquis les kits. Une complicité entre les deux entités visant peut-être à manipuler le fichier électoral au profit de qui l’on sait. Ainsi, il est possible que le président de la CENI ne soit pas au courant de ce deal et qu’il ait innocemment produit ce rapport accablant contre ZETES. Et après la tentative d’explication, il est rentré dans les rangs en faisant convoquer le corps électoral malgré le cafouillage qu’il y avait sur le terrain.

C’est donc dans un désordre sordide que se sont déroulées les opérations de révision des listes électorales d’un scrutin que le président Faure Gnassingbé a promis d’organiser à la ghanéenne.

R. Kédjagni

Rapport sur les prestations de la société ZETES dans le cadre des opérations de révision des listes électorales pour l’élection présidentielle de 2010

Dans le cadre de l’élection présidentielle de 2010, le Gouvernement togolais a procédé, le 11 novembre 2009, à la remise officielle de 1275 kits d’enregistrement à la CENI, en vue de la révision des listes électorales.

Dès lors, la société ZETES, fournisseur et prestataire principal, a été autorisée à commencer les travaux de reconditionnement des kits et la réalisation des prestations de services y afférentes, notamment la formation des formateurs des opérateurs de saisie (OPS) et des autres opérateurs intervenant dans le domaine. La CENI tient à faire la mise au point suivante :

- la CENI a autorisé la société ZETES à commencer la réalisation des prestations à sa charge lors d’une première rencontre le 11 novembre 2009 ;

- la formation des formateurs des OPS, activité capitale pour la réussite de la révision des listes électorales, s’est déroulée les 16 et 17 novembre 2009 ; la CENI constate que cette formation s’est faite avec légèreté de sorte qu’elle devait être complétée ;

- les travaux de reconditionnement ont révélé l’absence, sur les Kits, de plusieurs composants ou matériels nécessaires au bon fonctionnement de plus de la moitié des Kits ; les caractéristiques électriques des kits n’étant pas aux normes, les diodes intervenant dans l’alimentation électrique des ordinateurs fondent après un certain temps de fonctionnement ; les imprimantes connaissent également quelques difficultés ;

- au .cours de la séance •de travail du 19 novembre 2009, la société ZETES a fait comprendre à la plénière que, conformément à la demande du gouvernement, le logiciel installé sur les kits est destiné au recensement, comme en 2007, et non à la révision des listes électorales ; en effet, les fonctionnalités et spécifications exigées par la CENI, dans le cadre d’une révision des listes électorales, ne sont pas prises en compte par le logiciel ;

- le 23 novembre 2009, après une ultime évaluation de la formation des formateurs, le prestataire ZETES a été de nouveau convoqué en plénière et il lui a été signifié d’accélérer les travaux de reconditionnement des kits en intégrant •au logiciel les modifications nécessaires à la révision des listes électorales et d’organiser un recyclage des formateurs des OPS le jeudi 26 novembre 2009 au plus tard ;

- le 26 novembre 2009, sur les 120 kits destinés au recyclage des formateurs, 96 kits n’étaient pas fonctionnels en raison de la non activation du système d’exploitation Windows ; le recyclage n’a démarré qu’à 14 heures et une journée supplémentaire (le 28 novembre 2009) y a été consacrée ;

- certains formateurs choisis par ZETES pour donner la formation aux formateurs des OPS, ont un niveau plus bas que celui des apprenants qui avaient déjà exercé la fonction en 2007 ;

- la société ZETES éprouve beaucoup de difficultés à intégrer les spécifications et modifications nécessaires définies par la CENI en vue de la révision des listes électorales ;

- la situation des kits d’enregistrement se présente comme suit à ce jour : •495 kits opérationnels à 100% ; •480 kits utilisables sans jauge de la charge de la batterie ni de la sonde de température ;

- 23 kits n’ont pas de scanner ;

- 231 kits n’ont pas de caméra ;

- 1 kit n’a ni caméra ni scanner ;

- 45 kits sont totalement à revoir par les techniciens de ZETES ;

. - une vidéoconférence avec Monsieur Dunia RAMAZANI, expert chargé de la liste électorale de 2007, depuis Bruxelles, le 23 novembre 2009, a permis à la CENI de mieux cerner les difficultés qui seront liées à l’utilisation du logiciel actuel de ZETES pour la révision des listes électorales et l’impression de la liste électorale de 2007.

De tout ce qui précède et au regard des carences relevées en 2007 dans la prestation de cette société, il est permis d’émettre de sérieux doutes sur la compétence de la société ZETES et sa capacité à accompagner convenablement la CENI tout au long de ses travaux.

La CENI souhaite que le Gouvernement prenne les dispositions appropriées pour que la société ZETES assume pleinement ses responsabilités vis-à-vis du processus électoral en cours.

Fait et adopté à Lomé, le 28 novembre 2009