Communiqué des Combattants de la liberté

Nous avons suivi avec intérêt la commémoration des évènements du 4 au 6 Janvier 1994 à Lomé décidée par les autorités politiques togolaises et le haut commandement de l’armée togolaise. A travers cet acte politique, Monsieur Faure Gnassingbé voudrait faire l’éloge d’une certaine conception de l’armée qui doit s’employer à défendre un homme, un clan ou un seul parti politique. Cette conception de l’armée togolaise est aujourd’hui révolue car la majorité de nos compatriotes militaires aspire à une réelle démocratie, à participer à l’élaboration d’une société plus juste et plus solidaire, à s’engager dans un vrai processus de modernisation. En effet, l’armée togolaise de conception tribale et sectaire, fait le pari aujourd’hui d’une renaissance qui lui permettrait d’être estimée par ses concitoyens et de regagner un minimum de dignité pour faire d’elle non une armée au service d’une bande de crapules sans foi ni loi mais une armée résolument moderne et réellement nationale dont toute l’activité est tendue vers la cohésion sociale.

Cette commémoration incongrue, effrite l’espoir des nouvelles classes de militaires modernes et démocrates, met à jour le double langage permanent du système RPT et nous interpelle à plusieurs titres :

-  L’armée togolaise dans un passé trop récent, n’en déplaise à ceux pour qui la politique de l’autruche est une seconde nature, a été indexée et incriminée plusieurs fois pour ses violations fréquentes et massives des droits de l’homme : passage à tabac, viols, crimes, violations de domicile avec violence, disparition de citoyens, exécutions sommaires... Ainsi dans un contexte, soi disant d’apaisement social et de volonté de réconciliation, ces fêtes en rupture avec les discours feutrés destinés à la communauté internationale, mesurent la gravité de l’état mental quasi pathologique de nostalgiques du régime dictatorial qui voudraient perpétuer le système inique de terreur des populations civiles. L’armée togolaise pour avoir ses lettres de noblesse, pour retrouver la place qui est la sienne dans une nation qui se respecte, peut et doit faire l’économie de ces manipulations grotesques et humiliantes à son égard. En ce sens, décorer et surtout à titre posthume des personnes comme ALAZA BALAKA dont la responsabilité directe a été maintes fois évoquée dans plusieurs rapports de violations des droits de l’homme et dont la cruauté n’a rien à envier aux nazis, est une insulte suprême pour vous-même Monsieur Faure, pour notre mémoire collective togolaise, pour l’image qu’une partie de l’armée veut construire, pour l’espoir que certains plaçaient contre toute évidence dans un hypothétique processus de réconciliation nationale.

-  Cet acte politique voulu et posé par Monsieur Faure Gnassingbé révèle le réel état d’esprit qui anime le locataire de Lomé 2. Sous ses faux airs de démocrate converti, il reste profondément convaincu de la nécessité de la violence morale et physique comme principal méthode de gouvernement et demeure plus que jamais garant de l’impunité au Togo. Pour votre gouverne Monsieur Faure, nous pensons, très sincèrement que l’élégance, et l’intelligence voudrait que vous vous passiez de telles maladresses. Cependant, ces actes ont le mérite de prouver à ceux qui se voilent encore la face, de l’impérieuse nécessité d’un changement réel. C’est pourquoi nous considérons cette commémoration, message politique, comme un lever de bouclier, une volonté de provocation qui aura toute la réponse méritée. Nous vous promettons une réaction appropriée qui vous permettra de pouvoir encore décorer à titre posthume vos milices.

-  Monsieur le Général NANDJA, croit devoir nous faire un devoir de mémoire sur les événements du 04 au 06 janvier 1994. Il réaffirme au passage que cette attaque était dirigée contre la personne de Gnassingbé Eyadema. C’est bien de le dire car ceci montre qu’en aucun cas, le but des combattants de la liberté n’est ni de s’opposer à l’armée, ni de troubler l’ordre public, ni de faire des assassinats d’autres citoyens, mais de mettre hors d’état de nuire un dictateur reconnu, qui violait systématiquement la constitution, et semait la désolation et la terreur dans une population qui sans arme recherchait les chemins de sa liberté confisquée.

La constitution nous en a donné le droit, Monsieur le Général et nous donne encore aujourd’hui le droit de nous opposer par tous les moyens à ceux qui briment le peuple. Pour la petite leçon d’histoire, vous parlez de sept militaires décédés et nous ne contestons pas ces chiffres mais nous voulons vous rappeler dans un souci de cohérence que l’armée a constitué une association des femmes veuves des militaires ayant perdu la vie au cours de ces journées de lutte. Et cette association qu’on montrait à souhait à la télévision comptait plus d’une centaine de femmes. Même la pratique de la polygamie ne justifie pareil décalage et ceci montre au grand jour que votre politique est constamment fait de contradiction, de mensonge, de cynisme, de manipulation en fonction de vos macabres desseins. Du reste, cher Général, il est facile de louer la bravoure quand vous, vous n’êtes pas sur les champs de lutte ; il vous est aisé de parler de bravoure à des concitoyens militaires que vous opposez par votre aveuglement et votre obscurantisme à leurs propres frères. Ce sont ces frères soldats qui payent le prix lourd, ce sont eux qui ne profitent pas du système, ont juste de quoi ne pas mourir, n’ont pas de moyens pour envoyer leurs enfants en Europe, n’ont pas de belles villas, n’ont que la boisson locale comme loisir, n’ont qu’une maigre retraite ; Et oui, vous les louez, pour mieux les exploiter, les aveugler, les détourner de leur propre épanouissement et les jeter en pâtures au besoin pour en faire des criminels ou des pseudo martyrs. Honte à vous qui exploitez la faim, l’ignorance et la faiblesse de nos frères militaires. Sachez, cher Général, que l’armée togolaise murit et attend son heure pour être délivrée des ces tribulations qui n’ont que trop durées.

Enfin pour information, sachez, Général, que les combattants de la liberté ont déploré la perte de deux hommes dont un sergent chef au cours de ces journées de lutte et de deux autres camarades civils arrêtés et lâchement assassinés au couteau au camp RIT comme c’est l’habitude des milices du système que vous incarnez. Pour le reste des victimes, ce sont des civils innocents que vos milices dans leur panique, leur folie et leur fureur ont abattu pour crime de sympathie envers vous. Au demeurant, nous avons du respect pour vous Général, pas pour ce que vous faites maintenant mais pour votre potentiel et espérions que vous puissiez un jour vous mettre dans le sens de l’histoire des grands hommes.

A nos camarades de lutte de l’opposition, en vous souhaitant les meilleurs vœux pour l’année nouvelle, nous rappelons que ces agissements du pouvoir RPT, sont incompatibles avec l’élaboration d’un état de droit et que seule une lutte sans relâche sera couronnée de succès pour une alternance au Togo. Pour ce faire, nous vous exhortons à réexaminer vos positions et proposer au peuple les voies de sa libération effective. Toute sorte de collaboration avec le pouvoir RPT sera considérer comme une trahison du peuple et méritera châtiment du peuple. A bon entendeur, salut !

A nos camarades militaires, bonne et heureuse année 2009. Nous vous exhortons à la vigilance et à œuvrer pour l’instauration d’un véritable état, libre, prospère et démocratique, seul gage de paix, de tranquillité et d’épanouissement, et pour vous et vos familles et pour nous.

A nos CAMARADES COMBATTANTS, le devoir patriotique, nous sort de notre réserve. Nous vous demandons à quelque niveau que ce soit, de prendre vos responsabilités et d’enclencher le processus que vous avez laissé en veille depuis 15ans et de renouer avec la seule lutte gagnante et payante pour l’avènement d’un Togo meilleur. L’heure tant attendue a sonné au vu de récents développements tant extérieurs qu’intérieurs. Nous sommes en marche vers des moments décisifs. Soyez vigilants.

Au peuple valeureux et digne du Togo, une bonne année de lutte 2009.

Togo débout, luttons sans défaillance, vaincrons ou mourrons mais dans la dignité !

Fait à Lomé le 13 janvier 2009

La Coordination.
combattantdelaliberte@yahoo.fr

COMBATTANTS DE LA LIBERTE-TOGO LOME
La Coordination.
combattantdelaliberte@yahoo.fr
togoliberte1@yahoo.fr

Le 22/01/2009 à 23h47   Millisy , Urguiao

  • GLOIRE ET HONNEUR AU PEUPLE

    VIVENT LES COMBATTANTS POUR LA LIBERTE.

Le 23/01/2009 à 09h27   sankofa , sankofatown

  • Togo Debout,Luttons Sans Defaillance,Vaincrons ou Mourrons Mais Dans la DIGNITE. Merci à la coordination Combattants de la Liberté,ce message a touché mon ame et ma conscience,ce message m a donné de la Joie,de la Paix et de la Force.Nous mourrons certes mais dans la DIGNITE.Nous reviendrons à notre racine.