Sans_titre2Marthe Ekemeyong Moumié

© bonaberi.com

Marthe Ekemeyong Moumié, l'épouse de Roland Félix Moumié, l'un des leaders historiques de l'Upc a été retrouvée morte vendredi à Ebolowa, dans son domicile. Une disparition qui va sans doute faire encore couler beaucoup d'encre après la mort déjà très controversée de son mari. Selon certaines sources, le corps de Marthe Moumié présentait des séquelles caractéristiques d'un viol, et la mort serait survenue suite à une strangulation. Autre fait marquant, la victime avait une dent cassée. Les premiers soupçons sont tournés vers l'homme avec qui Mme Moumié, 78 ans, partageait son domicile depuis quelques jours. Il aurait assez étrangement demandé à la petite fille qui vivait aussi à la maison de se rendre à l'école dès 5 heures du matin. Une enquête a aussitôt été ouverte afin d'en savoir plus et de mettre la main sur le coupable. Le corps sans vie de Marthe a été retrouvé par un proche qui, après avoir frappé plusieurs fois à la porte sans recevoir de réponse de sa mère, a décidé de rentrer en enfonçant ladite porte. Il trouvera alors sa mère dans sa chambre, inanimée. Née le 4 Septembre 1931 au Cameroun, Marthe Moumié est veuve depuis 1960, date de la mort de son mari Félix Moumié à Genève. Elle est auteur d'un livre intitulé "L'Afrique sous contrôle", préfacé par Ahmed Ben Bella, et a participé à un documentaire, "l'assassinat de Félix Moumié", qui retrace les derniers jours de son défunt mari jusqu'à son empoisonnement au thallium. Publicité Félix Moumié © bonaberi.com Le couple Moumié, au premier rang des indépendantistes, ont énormément voyagé et vécu dans l'ombre pour échapper au joug de l'administration coloniale : Soudan, Egypte ou Guinée Equatoriale, de nombreux pays "visités" par Marthe et son mari. Cette fin tragique est à l'image de la vie de Marthe, qui a vécu sous la persécution et fait face à tant de drames. Tentant de se reconstruire après la mort de son mari, elle avait fait la rencontre d'Athanasio Ndong, militant nationaliste équato-guinéen. Elle fera face à une autre tragédie en 1969, lorsqu'il sera assassiné, alors qu'il est à la tête d'un parti politique en Guinée. Marthe sera aussitôt arrêtée. Dans son livre "Victime du colonialisme français", elle racontera comment elle aura été torturée en Guinée Equatoriale puis au Cameroun pendant près de 5 ans. Marthe et Félix Moumié avaient eu deux filles (Annie Jecky Berthe (décédée le 29/12/1951) et Hellen Jeanne Moumié. Elle était également grand-mère de deux petites filles.

Sans_titre