COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE AU SECOURS ÉCONOMIQUE DE LA PRESSE PRIVÉE TOGOLAISE


Comme toujours, la presse est bâillonnée dans presque tous les pays du Tiers Monde, singulièrement au Togo où le dictateur Eyadéma n'a jamais voulu que la vérité de ses assassinats éclate au grand jour dans son pays. La seule façon d'arriver à ce but, c'est de bâillonner la presse.

Comme la presse publique est déjà sous sa botte, alors Etienne Eyadéma n'avait que les journaux privés qui osaient timidement le dénoncer, dénoncer quelques faits. C'est pourquoi, aujourd'hui, il veut placer cette presse privée sous son contrôle. Eyadéma, le tueur, voudrait maintenant profiter de la misère et de la précarité des journaux et des journalistes afin d'acheter leurs consciences. Pour preuve, le ralliement de certains journaux privés sur la position d'Eyadéma dans le conflit qui l'oppose à Amnesty International. Notre compatriote et aîné Lucien Messan paye au prix fort son indépendance d'esprit.

Pour la Communauté internationale, la meilleure façon d'aider à la démocratisation de l'Afrique est de donner les moyens aux journaux pour résister à la tentation de corruption très forte; la meilleur façon d'aider donc à la démocratisation de l'Afrique est de secourir économiquement la presse privée. On peut rappeler à ce sujet, l'assassinat de Norbert Zongo du Burkina Fasso.

Pour ses 40 ans d'existence, les combattants de la liberté et de la démocratie sont satisfaits du bilan du travail d'Amnesty International sur l'Afrique. Grâce à ce travail, l'opinion tant internationale qu'africaine a été sensibilisée sur les violations massives de toutes sortes commises sur le Continent Noir. Maintenant, il faut axer la lutte sur le terrain pédagogique, c'est-à-dire conscientiser les populations africaines, les cadres , les hommes en tenues, les militaires, les hommes au pouvoir, les villageois, les ouvriers, les paysans, les étudiants, les travailleurs, par des campagnes de sensibilisation sur le respect de l'Homme; le respect des droits de l'Homme et de la dignité, le respect de la tolérance. Cette action pédagogique doit s'étendre en Afrique au niveau des bases, c'est à dire dans les villes et les villages, faire des slogans et des sketchs.
 

Belgique, 14 juin 2001
Maurice Mouta Wakilou Gligli