Le régime Eyadema est un régime antijeu ; un régime de despotisme obscur par rapport à sa politique sur la jeunesse, un régime antisport, un régime antijeunesse. Eyadema a fait fermé tous les internats, lieu d’éveil de la conscience politique et syndicale. Par exemple lorsque Etienne Eyadema vient au stade, à peine le match commence, qu’il parte. Comparaison n’est pas raison. Certes.

Pour comparer le cas du despotisme obscur d’Eyadema à la Côte d’Ivoire, où on peut parler de despotisme éclairé, Houphouët a promu le sport. Lui au moins a financé le sport et les équipes, il a laissé partir les jeunes à l’étranger, se former.
Au Togo, qu’est se passe t-il passé ? Chaque fois qu’un jeune prend l’initiative d’aller à l’extérieur, on le rapatrie. Il y a eu les cas de Ahlin de l’Entente 2, Wasp etc. Aujourd’hui qu’est il devenu Wazo ? Je l’ai vu à Châteauroux en France, j’ai failli pleurer. Et pourtant, Wazo est un monument du football togolais voire africain. Que vaut un Dessailly face à Denke Wazo ?

Pour effacer toute traces de la lutte par nos pères nationalistes, Eyadema a fait dissoudre les équipes à la tête desquelles se trouvaient les nationalistes. Etoile filante, Modèle etc. pour mettre à la place Lomé1 ; Lomé 2 Déma club etc. Les efforts de Jazza pour la promotion des jeunes ont été mis l’eau.
L’entraîneur Adorno comment a t-il fini sa vie ? Comment expliquez vous qu’on n’ait jamais nommé Oscar Anthony entraîneur National titulaire ? Tay Glory, Gonçalves " à jeter mamma pipi", Kannyan etc. membre de l’équipe nationale de football du Togo ?

Et pourtant, le ministère envoyait l’entraîneur Oscar partout entraîner et former les jeunes. En entendant, les Aiglons sont orphelins de Oscar.
Rappelez vous les coups tordus des arbitres Yara, Agbala lors des matchs Aiglons-Agaza.

Aujourd’hui, on nous a imposé le nom "Eperviers", l’armoirie de la milice du clan des Gnassingbés, les FAT forces armées toglaises.
Le vrai nom de l’équipe nationale du Togo est "Denyigban ". A présent, par la mobilisation populaire réhabilitons l’histoire à travers nos écrits et nos actions ; Ensuite, rendons nombreux au stade en Alllemagne, pour participer activement au match France Togo.
Nous devons profiter de cette occasion pour faire connaître davantage la situation catastrophique qui prévaut au pays ; profiter de la tribune pour dénoncer l’impérialisme français.

Et pourquoi pas, écrire une lettre ouverte au patriote Turam pour soutenir la lutte du peuple togolais comme il a pu prendre position dans la révolte des jeunes en banlieues françaises quand l’opportuniste a osé traiter les jeunes africains de racaille.
La mobilisation populaire du 05 octobre 90 ( et non le dialogue, la réconciliation, la démocratie par les urnes, les tractations au sommet) a fait ressurgir les anciennes équipes ; les maigres libertés démocratiques qui ont été acquises sont dues à la lutte et non au dialogue.

Le report du procès de Folly Kangni Bertin été reporté à cause de la mobilisation populaire. Tout dernièrement Faure a reculé à cause de la mobilisation populaire. Vous me direz qu’il est revenu en force tout de même. Oui mais, ce n’était par le dialogue ni dans un forum de dialogue que Faure acculé, a démissionné.

Transformons notre révolte en conscience politique. Ne nous laissons pas faire. Organisons - nous ; mobilisons nous et en vu de l’action sous une direction unique sur le sol national.

En avant la lutte. Seule la lutte paye.
Togo debout ! Mobilisons-nous ! Organisons-nous !

Mouta Wakilou Maurice GLIGLI
Paris, ce 02 février 2006